Description 

Dans une colonie de fourmis, il y a différentes castes, les mâles, les femelles, les ouvrières . Seuls les mâles et les femelles ont des ailes.

Les essaims de fourmis volantes se forment durant les mois d’été, mais les bonnes conditions météorologiques, douceur, humidité et vent favorable accélèrent le processus.

Les fourmis volantes sont en route pour s’accoupler. Au même titre que l’essaimage des abeilles mellifères, les mâles et les nouvelles reines se retrouvent dans une grande parade nuptiale. Après l’accouplement, les mâles meurent et les reines détruisent leurs ailes s’installent dans un trou , puis commencent une nouvelle colonie. 

Les fourmis volantes ne représentent pas de danger pour l’homme. Leur unique préoccupation reste la reproduction, elles sont très convoitées par les oiseaux.

Retour

Elles se développent par métamorphose complète, en passant par trois stades successifs : œuf, larve, nymphe puis adulte (sans croissance à l’état adulte). La larve, privée de pattes, est particulièrement dépendante des adultes. Les larves et les pupes doivent être maintenues à température constante pour assurer leur développement et sont souvent déplacées parmi les diverses chambres de couvée de la fourmilière. Les différences morphologiques majeures entre les reines et les ouvrières, et entre les différentes castes d’ouvrières quand elles existent, sont induites par le régime alimentaire au stade larvaire.

Quant au sexe des individus, il est génétiquement déterminé : si l’œuf est fécondé, l’individu est alors diploïde et l’œuf donnera une femelle (ouvrière ou reine) ; s’il ne l’est pas, l’individu est haploïde et forme un mâle.

Une nouvelle ouvrière passe les premiers jours de sa vie adulte à s’occuper de la reine et des jeunes. Ensuite, elle participe à la construction et au maintien du nid, puis à son approvisionnement et à sa défense. Ces changements sont assez brusques et définissent des castes temporelles.

C’est-à-dire que les ouvrières se regroupent selon l’activité commune qu’elles auront à un stade de leur vie.

Retour

 

Description : c’est une abeille solitaire à longues antennes

Nom scientifique : Eucera longicornis

Ordre : hyménoptères

Habitat : elle niche dans un terrier

Période d’observation : mai ,juin, juillet.

Biologie 

Alimentation : les fleurs sauvages, les buissons et les arbres fruitiers offrent aux abeilles sauvages la nourriture dont elles ont besoin.  

Reproduction : elle dépose un œuf avec du pollen et du nectar dans chaque cellule. La métamorphose complète de l’œuf en abeille s’effectue entre l’automne et le printemps.

Morphologie

- Couleur : grise.

- Yeux : composés de structures unitaires (ommatidies)

- Antennes : longues chez le mâle.

- Pièces buccales : sa langue lui permet de prélever le nectar dans des corolles profondes

- Ailes : nervurées et transparentes

- Taille : 12 à 16 mm

- Le thorax : recouvert de poils

- l’abdomen : recouvert de poils

Observations
Le recul aussi bien du nombre d’espèces que d’individus a été considérable au cours de ces dernières décennies. Les habitats naturels de nombreuses espèces d’abeilles sauvages ont disparu ou se sont dégradés.

Les espèces animales et végétales ne peuvent survivre séparément. Elles font partie de la biodiversité et dépendent les unes des autres, ainsi chaque espèce compte. L’être humain aussi fait partie de la biodiversité et dépend d’elle. C’est pourquoi nous devons la protéger.

Retour

Description

Cet insecte est un pyralidé de l’ordre des lépidoptères, une mite grise légèrement argentée. L’Acroéa alvéaria, petite fausse-teigne, appelée aussi « griselle », vit dans les contrées méridionales. Le mâle est légèrement plus petit que la femelle.

L’adulte s’introduit dans les colonies faibles, elle dépose ses œufs sur les cadres inoccupés. Il arrive aussi fréquemment que l’abeille butineuse rapporte, à son insu, dans son système pileux, des œufs pondus dans les fleurs.On trouve rarement la fausse-teigne au dessus d’une altitude de 1200 mètres. Sauf si un climat chaud et humide est propice à son développement.

La femelle de fausse-teigne pond environ 1500 œufs donnant naissance au bout de 8 à 10 jours à des larves ou chenilles. Selon l’âge ces larves sont blanches, jaunes ou grises. 

Celles-ci comprennent 3 paires de pattes et 5 paires de ventouses. Très vive, elles se tortillent comme des vers et pénètrent dans la cire.Elles s’en nourrissent et construisent des  galeries qu’elles tapissent d’un fin film soyeux. Au bout de trois semaines, elles se transforment en pupe et s’incrustent  sur le bois des cadres ou les parois de la ruche. Elles creusent des cavités qui peuvent parfois aller jusqu'à la perforation du bois. Après quinze jours environ, ces pupes ou chrysalides deviennent des papillons.


Cycle de reproduction

Produits interdits car nocifs et dangereux

Anhydride sulfureux (So2) : dangereux pour l’homme + action corrosive sur les parties métalliques.

Sulfure de carbone : risque d’explosion.

Paradichlorobenzène  : contient des substances volatiles et liposoluble qui s’imprègnent dans la cire et par temps chaud, passent dans le miel. 

Tétrachlorure de carbone : Evaporation nocive pour l’homme. 

Dibromure d’éthylène :Interdit par la C.E.E. reconnu cancérigène.

Hexachloroétane : contraignant, par pulvérisation sur les deux faces des cadres, laissez sécher complètement ou risque de moisissures. Aérer pendant 8 jours avant la remise en service. Résidus dans la cire + odeur tenace qui risque de passer dans le miel. 

Surtout n’oublions jamais que tout produit chimique laisse des traces.  

Produits moins dangereux voir répulsifs

Sulfoliquide : 1 ml dans 499 ml d’eau. Vaporiser et laisser agir pendant 72 heures. Aérer pendant 8 jours après le traitement, avant de réemployer les cadres.

Acide acétique commercial à 80% ou acide formique (moins bien toléré) : Placé dans un récipient à couvercle perforé au dessus (émanations lourdes) des cadres dans la réserve fermée.

Retour

C’est une espèce d’insecte diptère de la famille des Syrphidés. Cette mouche inoffensive rappelle principalement l’abeille domestique. Il butine de nombreuses espèces de fleurs et joue un rôle important dans la pollinisation.

Description

Il a un abdomen arqué présentant des marques jaunes ou orangées, une puissante plaque dorsale en forme de quadrilatère, des pattes fortes.

C'est un excellent planeur capable de s'arrêter en plein vol et de rester immobile au-dessus d'un point, sans qu'on puisse percevoir les battements de ses ailes.

Reproduction

Les larves se développent dans des eaux très polluées, très chargées en matières organiques et très pauvres en oxygène : fosse à purin, fosse d’aisance, mares polluées. Ces larves apodes (sans pieds, ni nageoires, ni pattes), possèdent un long tube respiratoire, placé en position terminale, qui  peut s'allonger pour aller chercher l'air en surface (d'où leur surnom de "ver à queue de rat").

Forme, allure

L’éristale tenace ressemble à une abeille, ou plutôt à un faux bourdon. Mais elle est inoffensive. On la reconnait aux 2 taches jaune-orange sur le deuxième segment abdominal, à sa tête large et plutôt triangulaire, à ses gros yeux et ses antennes courtes. Le thorax est noir, recouvert de pilosité. La face est claire, avec une bande faciale noire très visible. Les pattes postérieures sont courbes, avec les fémurs et les tibias dilatés.

Retour