La cire

La cire est produite par des cellules épidermiques situées sous les segments abdominaux 4 à 7. Il y a 8 glandes cirières, dissimulées du côté intérieur des sternites. La taille de ces cellules varie en fonction de l’âge de l’abeille. Vers le 12e jour, ces cellules atteignent leur taille maximale. Au moment où l’abeille devient une butineuse, les glandes cirières s’atrophient. Les glandes cirières ne peuvent se développer correctement que si la jeune abeille a pu recevoir du pollen en suffisance pendant les 5 à 6 premiers jours de vie.

Pour produire et pouvoir construire avec de la cire, les abeilles mangent et digèrent beaucoup de miel, la matière première. Il faut savoir que 10 à 11 kilos de miel sont nécessaires à la création d'un kilo de cire.

Quand le miel est absorbé, la température corporelle augmente jusqu'à atteindre 33 à 36°C. Cette augmentation de température est nécessaire au maintien de la cire à l’état liquide. La cire coule en rideau par l’orifice de la glande cirière et se solidifie à l’air pour former des plaques blanches transparents en forme d’ovales. Les abeilles prennent ces fines tranches et les malaxent pour les mettre en boule. La cire fraîche étant blanche, la couleur jaune des alvéoles provient de la propolis et du pollen recueillis dans les fleurs.

Une des ouvrières modèle la cire en boulette. Cette boulette va ensuite être passée d'abeille en abeille pour parvenir à celles chargées qui façonnent les rayons. Celles-ci  aplatissent et étirent la cire et en font des parois très minces, de 0,06 mm d'épaisseur. La cire est étirée au maximum : un kilo de cire permet de construire 80 000 alvéoles. Les abeilles commencent la construction d'une alvéole par le fond. Ce sont les antennes qui servent d'instruments de mesure. Un rayon est très solide : un rayon pesant environ 40g de cire peut résister à une masse de 2 kg de miel. En moyenne, la construction d'une alvéole requiert une centaine d'ouvrières qui travailleront six heures. 

Les alvéoles quelles utilisations ? 

Le couvain : Les larves et les œufs y sont entreposés. Les plus grandes alvéoles sont occupées par des futurs mâles et les plus petites, par des futures ouvrières. Les cellules royales sont plus grandes et rondes.

Stockage : Les abeilles déposent le miel, le pollen et la cire.

Composition et propriétés :

La cire est composée principalement :

-   d'esters (68%), produit de la réaction entre un ion HO- et un alcool

-   d'acides (12%)

-   d'hydrocarbures (14%)

Elle possède des propriétés chimiques et physiques particulières :

-   une densité de 0,96, la cire flotte donc sur l'eau

-   un point de fusion à 63°C environ

-   malléable à température ambiante

-   insoluble dans l'eau (hydrophobe)

-   liquide quand elle est fondue (pas visqueuse)

-   longue conservation

La gelée royale

C'est le produit de sécrétion du système glandulaire céphalique (glandes hypopharyngiennes et glandes mandibulaires) des abeilles ouvrières, entre le cinquième et le quatorzième jour de leur existence (ouvrières qui portent alors le nom de nourrices). C’est une substance blanchâtre aux reflets nacrés, à consistance gélatineuse, de saveur chaude, acide et très sucrée,qui constitue la nourriture exclusive :

  • de toutes les larves de la colonie, sans exception, de leur éclosion jusqu’au troisième jour de leur existence .
  • des larves choisies pour devenir reines jusqu’au cinquième jour de leur existence .
  • de la reine de la colonie pendant toute la durée de son existence à partir du jour où elle quitte la cellule royale.

Les futures reines sont élevées dans des cellules plus grandes, allongées et au régime " gelée royale ",mélange d’eau, de protéines, de sucres, de lipides, de vitamines, d’antibiotiques et de sels minéraux.

Cette nourriture apparait 4 fois plus riche en sucres (fructose dominant)  que celle destinée aux ouvrières. La larve ingère de très grandes quantités de nourriture ,  la part de protéines est également importante et notamment la royalactine , découverte par  Masaki Kamakura (Centre de recherche biotechnologique d'Imuzu)

Cette molécule, accroit la taille du corps, le développement des ovaires,sa longévité et diminue la durée du stade larvaire ,d’environ 5 jours par rapport à l’ouvrière

Masaki Kamakura (Centre de recherche biotechnologique d'Imuzu) a percé le secret de cette gelée aristocratique. C'est un de ses composants, une protéine baptisée royalactine, qui serait responsable de la transformation de larves en reines, ainsi qu'il le décrit dans la revue Nature datée du 24 avril.

La propolis

Description botanique de la propolis

La propolis est fabriquée par les abeilles à partir de leurs sécrétions et de substances, d'origines résineuse, balsamique et gommeuse, prélevées sur les arbres et les plantes. Les principales essences qui produisent cette matière visqueuse sont les conifères (tels que le pin, le sapin et l'épicéa), et les bourgeons d'aulnes, de bouleaux, de peupliers, de saules, de chênes, de frênes, de marronniers d'Inde ou d'ormes. La présence de chaque essence dépend étroitement de la saison, de la géographie, du climat et de l'espèce d'abeilles récoltantes.

Propriétés :

La propolis est une substance de consistance variable suivant la température.

A 15°C, elle est dure et friable.

A 30°C, elle est molle et malléable.

Entre 30 et 60°C, elle est collante et gluante.

Son point de fusion se situe autour de 70°C

Elle est insoluble dans l'eau, sa couleur est très variable suivant sa provenance, allant du jaune clair au brun très foncé, sa saveur est amère et âcre,l’odeur est variable suivant son origine, en général arôme agréable et douceâtre.

La récolte par les abeilles

Les résines collectées par les butineuses peuvent avoir différentes couleurs :  ocre, orange, rouge, brune ,blanchâtre et jaune

Résines ocre (A) et orange (B) , assistance d’une magasinière pour le déchargement

Source : Drescher et al.2019,publication « open source » sous licence creative common Attribution

Type de résines collectées par les abeilles : orange ©, claire (D), jaune (E),,brune (F)

Source : Drescher et al.2019,publication « open source » sous licence creative common Attribution

La propolis est récoltée par des abeilles âgées. Cette récolte s'effectue schématiquement de la façon suivante :

- La butineuse fait d'abord usage de ses antennes pour situer la partie la plus intéressante de la source qu'elle attaque alors avec ses mandibules ;

- Ensuite, tête redressée, elle se recule afin d'étirer la particule saisie jusqu'à ce qu'elle soit transformée en un fil et que celui-ci se rompe ;

- Elle entasse alors cette propolis dans l'une des corbeilles de ses pattes postérieures à l'aide de ses autres pattes pour accumuler ainsi progressivement une pelote (qui est en général un peu plus petite qu'une pelote de pollen, ce qui est normal puisque le pollen est plus léger à volume égal) qu'elle rapportera à la ruche.

Au retour à la ruche, la butineuse de propolis est déchargée de sa récolte par d'autres ouvrières, soit au trou de vol, soit plus souvent à l'endroit même où la substance sera utilisée ; opération longue qui peut durer d'une à plusieurs heures.

Utilisation de la propolis :

Dans la ruche, les abeilles utilisent la propolis de deux façons différentes :

Soit comme un mastic servant à colmater les cavités ou rigidifier les pièces mobiles telles que cadres, corps, hausses, etc.

Soit en couche antiseptique mince et uniforme qui tapisse toute la ruche (parois, alvéoles, cadres, etc.). Tout ce qui est en contact avec l'abeille est recouvert de cette substance. Les ennemis tués dans la ruche sont momifiés .

En médecine grâce aux propriétés suivantes :

- Antibiotiques étendues à de nombreuses souches microbiennes.

- Anesthésiques très puissants.

- Cicatrisantes par stimulation et accélération de la régénération tissulaire.

- Anti-inflammatoires et influence bénéfique sur certains mécanismes immunologiques qui entraîne un renforcement du terrain contre l'agression en général.

Le pollen

C’est l’agent mâle de fécondation des fleurs, il se présente sous la forme d’une fine poussière. Sa récolte se fait en fonction des besoins de toute la ruche.

L’abeille se charge de pollen en butinant de fleur en fleur. La récolte est obtenue en frottant les anthères des fleurs avec la première et deuxième paire de pattes , puis il est regroupé ,compacté et transféré aux pattes postérieures.

Au niveau du tibia de la patte postérieure se situe la corbeille à pollen ,pelote aux couleurs variables , qui sera remplie au moyen de la brosse d’une patte et du peigne de l’autre, le pollen sera maintenu et tassé par le râteau.Les grains de pollen s’accumulent ainsi petit-à-petit avant leurs décrochements effectués par ses deux paires de pattes arrières .Le butin , d’environ une dizaine de milli grammes par sortie est déposé dans les alvéoles de la ruche.

Composition moyenne :

            Eau …. 15 %

            Glucides …40 %

            Protéines … 30 %

            Vitamines …15 %

Ses vertus

La présence des vitamines A, B, C, D, E et sel minéraux favorisent la croissance chez les enfants, améliore la vision et la santé des yeux, renforce l’activité cérébrale, renforce la fragilité capillaire.

Observations 

Avec une élévation de la température qui passe la barrière des 10 °C, l’activité est relancée, les ouvrières se lancent à l’assaut des fleurs qui offrent leurs étamines à nos collectrices de pollen.

Devant la ruche , le spectacle est total, les pattes sont bien chargées, l’agressivité est quasiment nulle, mais une présence doit être mesurée car elle ne doit pas entraver les allées et venues sur la planche d’envol, pas sérieux s’abstenir !

Le pollen des abeilles est dit entomophile, car la pollinisation est faite par les insectes, à l’inverse du pollen anémophile , transporté par le vent.

En conséquence le pollen entomophile n’est pas ou peu allergisant, car il n’y a pas d’inhalation , très éloigné des allergies existantes aux pollens anémophiles.

Le miel de nectar

Le miel des colonies d’abeilles vivant à l’état sauvage était déjà utilisé il y 9000 ans par les hommes préhistoriques pour satisfaire leurs besoins de sucre. Des peintures rupestres de l’âge de la pierre le prouvent, elles montrent des chasseurs de miel en pleine action. On suppose que l’origine de l’élevage d’abeilles dans des ruches et l’obtention du miel se trouve en Anatolie - environ 7 siècles avant Jésus Christ. En Egypte ancienne, un pot de miel avait la valeur d’un âne et Hippocrate enseignait aux Hellènes que le miel baisse la fièvre et que l’hydromel améliore les performances des athlètes aux jeux olympiques.

Croissance végétale grâce aux abeilles

Dans l’évolution depuis des milliers d’année, s’est développé une dépendance mutuelle entre les plantes et les insectes pour une pollinisation optimale: aux pattes arrières des abeilles ouvrières, il y a des petits creux en forme de crochets, que l’on nomme petites corbeilles, pour collecter le pollen d’une fleur et pour le re-déposer sur la prochaine.

Du nectar en guise de remerciement

La floraison exprime sa gratitude en mettant son nectar à disposition de celles qui se chargent de la pollinisation. Dans la bulle de miel, l’eau est retirée du nectar liquide recueilli dans les fleurs et il est ainsi épaissi.

Elaboration du miel

Les abeilles au service extérieur aspirent le nectar ou le miellat avec leur trompe. Elles le mettent dans leur jabot pour le ramener à la ruche. Là, le nectar riche en sucre est transmis aux abeilles de ruche, qui y ajoutent une matière propre aux abeilles et font évaporer le trop plein d’eau. Les enzymes ajoutés par l’abeille de ruche changent le spectre du sucre et freinent l’apparition de levures ou de bactéries.

Séchage à coups d’ailes

Puis le nectar est étalé dans le nid de couvain sur des alvéoles des rayons et est séché par les éventails vigoureux de leurs ailes. La teneur en eau est ainsi diminuée jusqu’à 16%. Lorsque les alvéoles de stockage sont pleines de miel, elles sont recouvertes d’une couche de cire perméable à l’air – un signe pour l’apiculteur que le miel est mûr et peut être récolté.

Des réserves sont constituées

Cependant le miel se constitue généralement seulement quand une quantité suffisante par unité de temps est rapportée par les abeilles butineuses dans la ruche.

Celle-ci doit être supérieure à la consommation propre courante, qui est nécessaire à l’alimentation de la ruche et à l’élevage de la couvée. L’apiculteur parle alors de miellée de fleurs ou de miellée tout court. Ce sont donc seulement les excédents d’approvisionnement qui sont traités et finalement une fois épaissis stockés en tant que miel.

Le miel n’est pas juste du miel

Le miel est une substance épaisse à dure, parfois cristallisée, qui à cause de sa grande part de fructose et de glucose a un goût très sucré. A côté de ces sortes de sucre, le miel contient 15-21% d’eau - le miel de bruyère jusqu’à 23% - ainsi que des enzymes, des vitamines, des acides aminés, du pollen, des substances aromatiques et des sels minéraux.

Le miel c’est de la nature à l’état pur

Selon une loi de l’UE, rien ne peut être ajouté ni enlevé au miel. De ce fait, le miel est 100% naturel.

En raison de sa haute teneur en sucre et de sa faible teneur en eau,le miel se conserve longtemps.

Miel de fleurs

Miel de fleurs (de diverses plantes à miel, par ex. fleurs des fruits)

Miel de colza (de fleurs de colza)

Miel de pissenlit (de prés de pissenlits fleurissant au printemps)

Miel de tournesol (de champs de tournesol)

Miel de bruyères (de région de bruyères; teneur élevée de protéines combinées)

Miel de tilleul (de tilleul)

Miel de trèfles (de champs de trèfles)

Liquide ou cristallisé

Le rapport entre les deux composants principaux, qui sont le fructose et le glucose, est responsable de la cristallisation du miel. Si le rapport est d’environ 1:1, la cristallisation se produit en l’espace de quelques jours seulement. Si la part de fructose est plus élevée, le miel peut rester liquide durant des mois, voire même des années.

Le miel cristallisé redevient-il liquide?

Le miel cristallisé peut retrouver sa consistance liquide en étant chauffé. Mais s’il vous plait ne le chauffez pas à plus de 40° C, sinon les précieuses valeurs nutritives seront détruites!

Miel «authentique»

Si le miel est principalement obtenu à partir de fleurs, on parle de miel authentique ou pur. En conséquence il y a des miels authentiques de nectar de fleurs ou de miellat. Les miels authentiques ont des caractéristiques spécifiques sensorielles, physiques et chimiques.

Statistiques douanières :

La France a importé 29292 tonnes de miel en 2021 pour un prix moyen de 3,40 €/kg.

Historique : en 2020 importation de 34869 tonnes, en 2019 importation de 32819 tonnes.

Pendant les sept dernières années  de 2014 à 2020 , la France a importé 34100 tonnes/an

Le top 5 en termes de volume importée, l’Ukraine ave 6217 tonnes, l’Espagne avec 5575 tonnes, l’Allemagne avec 3137 tonnes, la Chine avec 2298 tonnes et la  Belgique avec 1799 tonnes

Le miellat

Définition : le miellat provient de l’excrétion des sucs de la plante par les insectes aspirants  (pucerons, cochenilles, psylles, aleurodes).

Rôle des insectes

Ces insectes piquent et prélèvent dans le phloème des végétaux les matières azotées puis expulsent via le cauda  les matières sucrées non digérées.

Ces exsudats sont alors léchés par les abeilles et ramenés à la ruche. 

Au plan local ,le miel de miellat est récolté sur les chênes, érables et frênes

La récolte de ce type de miel est particulièrement aléatoire , irrégulière et imprévisible  car il faut de bonnes conditions météorologiques bien particulières pour l’ensemble des cohabitants , pucerons et abeilles , la pluie représentant un obstacle pour les abeilles .Elle peut être abondante ou totalement inexistante, en 10 ans , j’ai obtenu 2 miellées.

Composition :

La composition du miel de miellat est d'environ 16 % d'eau, 38 % de fructose, 27 % de glucose, 3 % de sucrose, 9 % de dextrose, 5 % de mélézitose, 7 % d'acides aminés et de minéraux.

Caractéristiques : la couleur des miellats est souvent foncée, allant du brun clair au brun foncé ou même au noir. Ils sont caractérisés par un goût de caramel avec éventuellement des notes de fruits cuits.

Pesticides

Toutes les substances biocides pénètrent dans la plante puis sont véhiculés par le phloème pour tuer l'ensemble du végétal. Soyons vigilants et respectons les maillons de cette chaine de production du miellat !

Retour