Identification – Morphologie : c’est un oiseau de petite taille , au corps trapu et aux ailes courtes, ses pattes sont longues et adaptées aux déplacement vifs et répétés. Son plumage est  beige strié de noir sur le dos ,brun-roux sur les ailes, il rappelle les tons de la caille des blés .

Nom scientifique : Crex crex  L

Famille : Rallidées

Habitat : Il fréquente le couvert végétal dense, les pâturages, les abords de zones humides et les endroits où il peut se déplacer à pied rapidement ,sans gène et sans être vu.

Comportement : Il est actif à l’aube et au crépuscule et après la pluie, mais rarement à découvert, car il est très craintif.

Les mâles chantent à longueur de nuit en début de saison, particulièrement au printemps pour définir leur territorialité ,la fréquence des sons diminue lorsqu’ils sont accompagnés par une femelle.

Chant : il émet des cris rauques ,  "crèx crèx "

Nourriture : insectes divers, larves, mollusques terrestres, vers de terre et graines .

Nidification : le nid est installé dans une simple dépression du sol,garnie de végétaux et proche de haies d’épineux ou taillis très denses.

- période de nidification : mai,juin
- nombre de couvaisons : 1 à 2 par an
- nombre d'œufs : 10 à 12
- incubation :15à 18 j.

Données biométriques

- longueur : 25 à 30 cm
- envergure : 45 à 55 cm
- poids : 150 à 200 g.
- longévité : 5 à  6 ans

Migrateur

- vitesse de vol : Les oiseaux volent à une vitesse comprise entre 30 et 50 km/heure

- départ : mi août début septembre

- retour : Dès le mois de mars.

Classification : gibier : dates d'ouvertures et de fermetures de la chasse

Particularités : En déclin depuis plus d'un siècle, suite à la disparition de son habitat et de l'intensification agricole entraînant une fauche fatale aux jeunes.

Statut de conservation : LC

Observation : Il peut déjouer la quête d’un chien de chasse, au point de le décourager à abandonner la recherche. J’ai vécu ces instants là , même très surpris de m’apercevoir que les effluves laissées par l’oiseau décrivaient des cercles et des zigzags , un labyrinthe d’odeurs sans issues qui lassait le chien. Je me suis éloigné, car mon chien découragé acceptait l’abandon, quand avec un peu de recul je m’apercevais que  plus loin, l’oiseau s’était envolé en laissant pendre ses pattes, il avait gagné !

Allégorie : la gomme, instrument des super conquérants, est en train d’effacer par petites touches insensées, le contour de ce décor champêtre dessiné dans le respect de ses  limites naturelles ! Cet instrument si docile et malicieux obéit au doigt et à l’œil, mais son passage crée des modifications irréversibles et irrévérencieuses.

Ne gommons pas des décennies de croissance et de respect de la biodiversité !

Retour